Un service inattendu



Lorsque mon fils Mark était en troisième année du primaire, il économisa son allocation pendant plus de deux mois pour acheter des cadeaux de Noël à tous ceux qu'il aimait. Il économisa 20 dollars. Le troisième samedi de décembre, Mark annonça qu'il avait sa liste et qu'il avait mis tout son argent dans sa poche. Je le conduisis jusqu'à la pharmacie du coin, version moderne des anciens "magasins à quinze cents".

Mark prit un panier et partit de son côté tandis que j'attendais patiemment près de la sortie, un livre à la main. Mark eut besoin de plus de 45 minutes pour acheter ses cadeaux. Il avait un sourire rayonnant quand il revint. Pendant que je regardais poliment de l'autre côté, le commis fit le compte de ses achats. Mark avait respecté son budget. 

Il plongea la main dans sa poche pour prendre son argent, mais elle était vide. Il y avait un trou dans sa poche, mais pas d'argent. Mark resta figé sur place, les mains serrées sur son panier et les joues mouillées de larmes. Son corps était secoué de sanglots. Puis, une chose inattendue se produisit. Une cliente du magasin s'approcha de lui. Elle s'accroupit, le prit dans ses bras et lui dit:

«Ce serait pour moi un grand bonheur si tu acceptais que je te rembourse ce que tu as perdu. Tu ne pourrais m'offrir de cadeau plus merveilleux. Tout ce que je te demande, c'est que tu fasses la même chose un jour. Ce jour-là, quand tu seras grand, j'aimerais que tu trouves quelqu'un que tu peux aider. Lorsque tu aideras cette personne, je suis persuadée que tu te sentiras aussi bien que moi en ce moment.» Mark prit l'argent, sécha tant bien que mal ses larmes et courut vers le commis pour payer. Je crois que cette année-là, nous eûmes presque autant de plaisir à recevoir nos cadeaux que Mark en eut à nous les offrir.

Je voudrais remercier cette femme extraordinaire. J'aimerais lui dire que quatre ans plus tard, Mark alla de maison en maison pour amasser des couvertures et des manteaux à l'intention des victimes de l'incendie d'Oakland. Et il le fit en pensant à elle. J'aimerais lui dire aussi que chaque fois que je donne de la nourriture à une famille défavorisée, je pense à elle. Et je veux lui faire la promesse suivante: Mark n'oubliera jamais de donner.



 Auteur : Laurie Pines

 

Retour à la Halte du foyer ardent

Retour au menu principal du site

 

 

Copyright 2000 - 2003, ©
[ Les trésors de Catherine ]
Tous droits réservés


 



..